Colloque – « Vieillir dans la pauvreté… La nouvelle réalité »

Comment faire pour vivre dignement quand on a une pension d’environ 1.100€ par mois ? Impossible, dites-vous ? C’est pourtant la réalité de plus en plus de pensionné.e.s en Belgique.

Sous le seuil de pauvreté, ces hommes et ces femmes doivent joindre les deux bouts, payer leurs frais médicaux, se chauffer… ou opter pour la vie en maison de repos.  Un choix parfois difficile à prendre et souvent impayable sans l’aide des enfants.

Vous êtes une femme ? Pas de chance ! La situation est plus difficile car votre pension moyenne est encore plus basse. Pour de nombreuses pensionnées, la précarité est une réalité du quotidien…

Ce colloque a pour objectif de faire le point sur le vieillissement au travers du prisme de la pauvreté.

Nous nous pencherons sur les mesures politiques prises, non pour éradiquer la pauvreté, mais pour aider les pauvres à vivre dans la précarité.
Sur base du point de vue de responsables de CPAS et de maisons de repos et du regard des travailleurs et travailleuses du secteur, nous réfléchirons aux pistes de solutions pour sortir de l’engrenage de la misère.

Adresse : Espace Solidarité – Rue de Namur 47 – 5000 Beez
Infos & inscriptions : 081/26 51 52 – cepag@cepag.be

 

Programme complet

Projection du documentaire «Eliane Vogel-Polsky »

L’Union des Progressistes Juifs de Belgique, avec le soutien du Comité Femmes Eliane Vogel-Polsky et de la FGTB-Bruxelles, organise une projection-débat consacrée à Eliane Vogel-Polsky à l’occasion du troisième anniversaire de son décès (13 novembre 2015).

Née en 1926 d’une famille d’immigrés juifs de Russie, Eliane Vogel-Polsky a participé activement aux luttes féministes pendant plus de quatre décennies. C’est l’expérience de la grande grève des ouvrières de la FN à Herstal en 1966 qui a le plus marqué tout son engagement. Elle ne voulait pas une simple égalité formelle entre des individus des deux sexes mais une égalité réelle à l’échelle de la société. Comme juriste, elle a été à l’initiative de procès qui ont permis des avancées importantes pour l’égalité salariale en Europe. Elle a également enseigné le droit social à l’Université libre de Bruxelles et a animé de très nombreuses formations pour le mouvement syndical et les organisations féministes.

Le documentaire «Eliane Vogel-Polsky » réalisé par Haleh Chinikar et Agnès Hubert sera projeté. Cette projection sera suivie par une conférence-débat avec Agnès Hubert, Françoise Tulkens (ancienne juge à la Cour européenne des droits de l’homme) et Dominique Fervaille, syndicaliste FGTB dans le secteur du nettoyage et présidente du Comité Femmes Eliane Vogel-Polsky.

PAF : 6 euros, 4 euros pour les membres de l’UPJB et de la FGTB et 2 euros (tarif réduit : chômage, travail précaire)

Dimanche 18 novembre à 16h à l’UPJB, 61 rue de la Victoire, 1060 Bruxelles.

Lancement de la campagne : « La solidarité n’est pas un crime »

11 personnes risquent la prison pour avoir aidé des personnes migrantes en détresse. Elles sont accusées de trafic d’êtres humains et d’organisation criminelle. On croirait cauchemarder.

Nous osons et voulons croire que la justice belge mettra fin à la confusion des genres qui représente un réel danger pour la démocratie.

Le 6 juillet dernier, le Conseil constitutionnel français a consacré le « principe de fraternité », duquel découle « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ». Nous espérons qu’ici aussi les juges iront dans le même sens.

Nous soutenons l’initiative « Solidarity is not a crime » et serons présent.e.s devant le Palais de justice de Bruxelles demain à 7h45.

LA SOLIDARITE N’EST PAS UN CRIME. Les citoyen.ne.s prennent leur responsabilité face à un Etat qui rafle, réprime et criminalise.

LA SOLIDARITE N’EST PAS UN CRIME. La justice ne peut être instrumentalisée pour justifier les politiques migratoires du gouvernement.

LA SOLIDARITE N’EST PAS UN CRIME. C’est ce que nous affirmerons pour lancer notre campagne de sensibilisation, le mercredi 13 novembre, dans 5 grandes gares en Wallonie et à Bruxelles. Et ce, quelle que soit l’issue du procès.

www.lasolidariténestpasuncrime.be

Conseil syndical : « La mobilité : un défi majeur pour Bruxelles »

Bruxelles. Les 1.745 km de voiries qui parcourent notre région accueillent chaque jour près de 190.000 véhicules de navetteurs… qui s’ajoutent au 175.000 véhicules bruxellois. Résultats, Bruxelles est une des villes les plus embouteillées d’Europe ce qui impacte l’accessibilité et la qualité de vie en ville.

Au quotidien, ce sont de nombreux travailleurs bruxellois souhaitant rejoindre ou quitter leur lieu de travail qui perdent de précieuses minutes sur la route.

Les transport publics peinent à répondre à la demande croissante d’usagers – 1.098.630 voyages par jour sur les 4 lignes de métro, 17 lignes de tram et 50 lignes d’autobus qui desservent la capital.

16% du budget de notre région est pourtant consacré aux politiques de mobilité et de transport soit près de 1 milliard d’euros par an.

La mobilité est un défi majeur auquel Bruxelles est aujourd’hui confronté. La question est d’autant plus cruciale que les difficultés liées à la mobilité pèsent de manière inégale sur les hommes et les femmes.

Ces problèmes de mobilité et l’augmentation de la pression automobile ont un impact indéniable sur l’accessibilité de la ville et sur la qualité de la vie. Ils menacent le développement socio-économique de la Région, risquent de conforter la fuite de ses habitants et de ses entreprises vers la périphérie et ont un impact très négatif sur l’environnement et sur la santé. Pour les travailleurs et les habitants, ils sont quotidiennement source de perte de temps, de stress, de coûts financiers et occasionnent une détérioration de leur santé (plus marquée pour les habitants des quartiers les moins verts).

Les travailleurs et leurs représentants, notamment à travers leur implication concrète dans l’élaboration des plans de déplacements en entreprises, ont un rôle fondamental à jouer dans la résolution de ses problèmes.

 

Ce conseil syndical aura pour ambition de questionner cette problématique et de réfléchir, ensemble, aux pistes à investir pour construire un projet de mobilité urbaine durable.

 

PROGRAMME

08.30  Accueil

09.00  Introduction par la Camarade Estelle CEULEMANS, Secrétaire générale de la FGTB Bruxelles

09.10  « Ensemble pour la mobilité » – présentation du Plan « Good Moove » par M. Jean-Paul GAILLY, Directeur général Mobilité et Sécurité routière

09.50  « La mobilité facteur d’inégalités : focus sur la mobilité quotidienne des travailleuses en Ville » par Mme. Marie GILOW, Chercheuses UBL – METICES

10.30 Pause

11.00 « Les Plans de déplacements en entreprises » – présentation de l’outil par Mr. Xavier NUYENS / Simon DEHOUCK – Bruxelles Environnement

11.40  Débat alimenté par :

    • « La mobilité des travailleurs handicapée » – par Mme. Christine BOURDEAUDUCQ – Association socialiste de la personne Handicapée (ASPH) ;
  • « Mobilité et travail : problème et perspectives »par des Délégués membres de groupes militants « BRISE » – (Réseau Intersyndical Bruxellois de Sensibilisation à l’Environnement).

 

12.30  Conclusions

13.00  Fin des travaux

 

Traduction simultanée. Lunch à l’issue des travaux.

Cette activité est organisée à l’attention des délégués de la FGTB Bruxelles.

Discriminations à l’embauche et dans l’emploi : une réalité à combattre

Subies quotidiennement par de nombreux·euses travailleur·euse·s ; souvent minimisées par les employeurs, les discriminations dans le monde du travail sont une réalité. Pourtant, des législations anti-discriminations existent tant au niveau européen que fédéral ou régional. À l’échelon régional, des initiatives sont mises en oeuvre afin de favoriser la diversité dans les
entreprises.

Quel regard porter sur ces dispositifs ? Permettent-ils une véritable lutte contre les discriminations ou s’agit-il plutôt d’opérations « marketing » pour les entreprises qui les mettent en oeuvre ?

 

Rendez-vous les vendredis 26 octobre, 16 & 30 novembre 2018 !

 

Le programme complet ici : Programme.

Soirée Débat – Fureur de Lire : « Pour une justice migratoire »

L’Europe est embourbée dans une crise de l’accueil des migrants. Une partie des personnes qui cherchent à trouver refuge en Belgique finissent par se retrouver « sans-papiers ». Elles rejoignent ainsi toute une série de travailleurs partageant une situation administrative extrêmement problématique, certains depuis très longtemps. Cette situation renvoie à plusieurs questions fondamentales : celle des solidarités, notamment internationales, et du rapport de la Belgique aux conflits dans le monde (et aux intérêts économiques et géostratégiques qu’elle défend) ; celles des flux migratoires et des réponses du monde du travail face au dumping social ; celle des réponses politiques, de plus en plus à droite sur l’échiquier, qui déconstruisent graduellement les acquis des droits humains universels.

Pour aborder ces questionnements, l’Ecole syndicale de Bruxelles vous invite ce jeudi 18 octobre à 18h00 à débattre, à partir du livre « Pour une justice migratoire » en présence de ses auteurs :

  • François GEMENNE : chercheur qualifié du FRS-FNRS. Il dirige, à l’Université de Liège, un centre de recherches consacré aux migrations et à l’environnement, l’Observatoire Hugo.
  • Pierre VERBEEREN : directeur général de Médecins du Monde et maître de conférences invité à l’Université catholique de Louvain. Il travaille quotidiennement aux côtés des migrants.

 

Synopsis :

« Les politiques d’asile et d’immigration cristallisent toutes les tensions et outrances. Et les migrants sont systématiquement utilisés comme un argument électoral, ajoutant ainsi une violence symbolique aux violences physiques et psychologiques souvent subies au cours de leur parcours migratoire.

Ce livre est issu de la rencontre entre un chercheur qui travaille sur les flux migratoires et le directeur d’une organisation humanitaire qui assiste et soigne au jour le jour migrants et demandeurs d’asile. Ensemble, ils avancent dix propositions: autant de balises pour penser enfin une politique d’asile et d’immigration qui ne soit pas dictée par la crise.

Pensé au départ pour la Belgique, cet ouvrage ambitionne de lancer des pistes pour une véritable politique européenne. Avec, en filigrane, une question : quelle alternative proposer aux politiques menées actuellement? »

 

Infos PRATIQUES :

  • DATE : Jeudi 18 octobre à 18h00
  • LIEU : Rue de Suède, 45 à 1060 Bruxelles – Proximité de la gare du Midi.

Cette soirée se déroulera en français. Des sandwichs seront offerts à la clôture des débats.

 

Info et Inscriptions : Véronique BEL, Service Communication, veronique.bel@fgtb.be

 

 

L’Ecole syndicale de Bruxelles est une initiative de la Centrale Culturelle Bruxelloise, avec le soutien de la FGTB, du Centre d’Education Populaire André Genot (CEPAG) et de la Fédération Wallonie Bruxelles

Séance d’info : « Refuser la chasse aux chômeurs. Proposer une sécurité sociales solide pour tous »

Résiste et les Jeunes FGTB organisent annuellement des séances d’informations et débats pour les jeunes qui sortent des études.

L’occasion de connaître ses droits et en débattre.

Ce 13/09, Résiste et les Jeunes FGTB organisent une séance d’information pour les jeunes sans emploi sortant des études sur le thème « Refuser la chasse aux chômeurs. Proposer une sécurité sociales solide pour tous ».

Si vous souhaitez participez :
Gérald Renier : gerald.renier@cepage.be – 02 545 76 98 – 0473 36 01 19

« L’insoumis » : Avant-première à Bruxelles

Avec ses hauts, ses bas, sa tendresse, son humour, et sa virulence, Jean-Luc Mélenchon est un vrai personnage de film. Qu’il soit haï ou adulé, il ne laisse personne indifférent.  Sa campagne présidentielle de 2017 n’a ressemblé à aucune autre dans le paysage politique contemporain. C’est durant ces moments intenses de sa vie, et de celle de la France, que Gilles Perret l’a accompagné au plus près.  Une période propice à la découverte des côtés moins connus d’un homme indissociable de sa pensée politique

Le CEPAG vous invite à sa projection en avant-première.

Où ?:  Vendôme – Chée de Wavre 18 – 1050 Bruxelles
Date(s):  Mercredi, 9 Mai, 201

Soirée ciné débat : « Rien ne nous est donné »

Le groupe REAGIS et le collectif RESISTE vous invitent à une soirée débat : « Rien ne nous est donné ».

Via ce documentaire, des grévistes nous racontent leur combat. L’organisation, le rapport de force, la réaction patronale. 1969, 1988, 1994, 2009, 2010. Des conflits différents mais la même logique, la même détermination, la même classe sociale. Comprendre que l’action collective reste le seul moyen efficace pour défendre ses droits, son emploi, sa dignité. Penser les luttes sociales d’hier pour mieux organiser celles de demain parce que Rien ne nous est donné.

Entrée gratuite.

Contact : Rachel.carton@cepag.be

Pour lutter contre les inégalités… si on commençait par l’école?

En tant que mouvement d’éducation permanente reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, le CEPAG mène des campagnes de communication, d’information et de sensibilisation à destination du grand public.

Cette année, le CEPAG vous propose la thématique : « Pour lutter contre les inégalités… si on commençait par l’école? »

La matinée de lancement a lieu ce 17 avril!

Venez nombreux!

Programme :

09.30 Introduction et présentation des outils de la campagne

10.00 Interventions de :

  • Joseph THONON, CGSP Enseignement
  • Angela SCIACCHITANO, Jeunes FGTB
  • François GHESQUIERE, Observatoire belge des Inégalités
  • Sylvie PINCHART, Lire & Ecrire
  • Une-e représentant-e du SETCa-SEL (à confirmer)

11.15 Pause

11.30 Débat

12.30 Fin des travaux & lunch

Inscriptions : cepag@cepag.be ou 081/26 51 56