Mixité sociale en milieu scolaire : LA solution contre les inégalités ?

Pour sa campagne de sensibilisation 2018, la CCB a décidé de retourner sur les bancs de l’école, pour dénoncer les inégalités qui traversent les salles de classe de la maternelle à l’université.

En effet, force est de constater que l’école aujourd’hui génère des processus de sélection et de discrimination qui touchent principalement les enfants issus des milieux populaires. Les inégalités et difficultés éducatives sont critiques en fédération Wallonie-Bruxelles et Bruxelles n’échappe pas à la règle, avec d’indéniables inégalités de performance entre établissements scolaires. Pour les contrer, plusieurs études tendent à démontrer l’impact positif de la mixité sociale sur la réduction des inégalités scolaires.

Mais qu’en est-il réellement ? La mixité sociale en milieu scolaire est-elle la seule voie possible ? Son bénéfice réel n’est-il pas surévalué ? Et quels changements proposer, alors ?

Pour réfléchir à ces questions et conclure l’année civile de manière studieuse, l’Ecole Syndicale vous invite ce 19 décembre 2018 à 18h afin d’échanger sur le sujet, en présence de :

  • François Ghesquière (Université Libre de Bruxelles)
  • Pierre Marissal (Université Libre de Bruxelles)

 

Infos pratiques :

Rue de Suède, 45 A, 1060 Saint-Gilles – Auditorium
Le 19 décembre 2019 de 18h-20h
Des sandwiches seront offerts
Plus d’infos : 02/552.03.57

 

Flyer

 

L’École syndicale de Bruxelles est une initiative de la Centrale Culturelle Bruxelloise, avec le soutien de la FGTB de Bruxelles, du Centre d’Education Populaire André Genot (CEPAG) et de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Colloque – « Vieillir dans la pauvreté… La nouvelle réalité »

Comment faire pour vivre dignement quand on a une pension d’environ 1.100€ par mois ? Impossible, dites-vous ? C’est pourtant la réalité de plus en plus de pensionné.e.s en Belgique.

Sous le seuil de pauvreté, ces hommes et ces femmes doivent joindre les deux bouts, payer leurs frais médicaux, se chauffer… ou opter pour la vie en maison de repos.  Un choix parfois difficile à prendre et souvent impayable sans l’aide des enfants.

Vous êtes une femme ? Pas de chance ! La situation est plus difficile car votre pension moyenne est encore plus basse. Pour de nombreuses pensionnées, la précarité est une réalité du quotidien…

Ce colloque a pour objectif de faire le point sur le vieillissement au travers du prisme de la pauvreté.

Nous nous pencherons sur les mesures politiques prises, non pour éradiquer la pauvreté, mais pour aider les pauvres à vivre dans la précarité.
Sur base du point de vue de responsables de CPAS et de maisons de repos et du regard des travailleurs et travailleuses du secteur, nous réfléchirons aux pistes de solutions pour sortir de l’engrenage de la misère.

Adresse : Espace Solidarité – Rue de Namur 47 – 5000 Beez
Infos & inscriptions : 081/26 51 52 – cepag@cepag.be

 

Programme complet

Projection du documentaire «Eliane Vogel-Polsky »

L’Union des Progressistes Juifs de Belgique, avec le soutien du Comité Femmes Eliane Vogel-Polsky et de la FGTB-Bruxelles, organise une projection-débat consacrée à Eliane Vogel-Polsky à l’occasion du troisième anniversaire de son décès (13 novembre 2015).

Née en 1926 d’une famille d’immigrés juifs de Russie, Eliane Vogel-Polsky a participé activement aux luttes féministes pendant plus de quatre décennies. C’est l’expérience de la grande grève des ouvrières de la FN à Herstal en 1966 qui a le plus marqué tout son engagement. Elle ne voulait pas une simple égalité formelle entre des individus des deux sexes mais une égalité réelle à l’échelle de la société. Comme juriste, elle a été à l’initiative de procès qui ont permis des avancées importantes pour l’égalité salariale en Europe. Elle a également enseigné le droit social à l’Université libre de Bruxelles et a animé de très nombreuses formations pour le mouvement syndical et les organisations féministes.

Le documentaire «Eliane Vogel-Polsky » réalisé par Haleh Chinikar et Agnès Hubert sera projeté. Cette projection sera suivie par une conférence-débat avec Agnès Hubert, Françoise Tulkens (ancienne juge à la Cour européenne des droits de l’homme) et Dominique Fervaille, syndicaliste FGTB dans le secteur du nettoyage et présidente du Comité Femmes Eliane Vogel-Polsky.

PAF : 6 euros, 4 euros pour les membres de l’UPJB et de la FGTB et 2 euros (tarif réduit : chômage, travail précaire)

Dimanche 18 novembre à 16h à l’UPJB, 61 rue de la Victoire, 1060 Bruxelles.

Lancement de la campagne : « La solidarité n’est pas un crime »

11 personnes risquent la prison pour avoir aidé des personnes migrantes en détresse. Elles sont accusées de trafic d’êtres humains et d’organisation criminelle. On croirait cauchemarder.

Nous osons et voulons croire que la justice belge mettra fin à la confusion des genres qui représente un réel danger pour la démocratie.

Le 6 juillet dernier, le Conseil constitutionnel français a consacré le « principe de fraternité », duquel découle « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans considération de la régularité de son séjour sur le territoire national ». Nous espérons qu’ici aussi les juges iront dans le même sens.

Nous soutenons l’initiative « Solidarity is not a crime » et serons présent.e.s devant le Palais de justice de Bruxelles demain à 7h45.

LA SOLIDARITE N’EST PAS UN CRIME. Les citoyen.ne.s prennent leur responsabilité face à un Etat qui rafle, réprime et criminalise.

LA SOLIDARITE N’EST PAS UN CRIME. La justice ne peut être instrumentalisée pour justifier les politiques migratoires du gouvernement.

LA SOLIDARITE N’EST PAS UN CRIME. C’est ce que nous affirmerons pour lancer notre campagne de sensibilisation, le mercredi 13 novembre, dans 5 grandes gares en Wallonie et à Bruxelles. Et ce, quelle que soit l’issue du procès.

www.lasolidariténestpasuncrime.be